Accueil
 
News
 
Vu par ...
 
Portrait
 
Filmo
 
Films
 
 Dédales
 Monsieur N.
 Un Amour De Sorcière
 Legends Of The North
 Warrior Spirit
   Fiche
 
 
   Galerie photos
   Affiches Internationales
   Votre avis
 36-15 Code Père Noël
 Le Passage
 Blackout
 
Séries TV
 
Courts & Clips
 
Galeries photos
 
Interview
 
Romans

Interview
  Les Aventures du Jeune Indiana Jones (Young Indy)
  Dédales
  Dédales
  Un Amour De Sorcière
  Legends Of The North
  36-15 Code Père Noël
  Le Passage

 
Contact
 
  René Manzor

Warrior Spirit

Interview

Entretien avec René Manzor / Extrait du dossier de presse, 7 janvier 1995

« Chasseurs de Loups » et « Chasseurs d’Or » sont deux romans de James Oliver Curwood. Chacun des deux romans se présente comme une suite d’aventures dans lesquelles les mêmes personnages sont impliqués. Et l’on sort de la lecture en se disant que, de toute façon, il est impossible d’adapter ces romans à l’écran. Autant essayer de raconter les aventures de Tintin en un film !

Alors on jette les livres dans un carton et leurs pages s’en vont rejoindre les milliers d’autres, orphelines de notre mémoire. Et l’on répond au producteur que « non, on a aucune envie d’adapter la bibliothèque verte ».

Et les jours passent. Et l’on se surprend à y penser malgré soi. On ne se souvient plus de ce que faisaient les personnages à tel ou tel moment de l’histoire, on ne se souvient même plus de l’histoire, mais on se rappelle les personnages. Mieux, ils poussent dans votre tête, comme du lierre ou du chiendent.

Et le plan suivant, on se retrouve à quatre pattes dans son bureau-bibliothèque à fouiller tous les cartons de livres avec la fièvre d’un junkie. Et l’on dérange le producteur un dimanche chez lui pour le supplier de ne donner cette histoire à personne d’autre.

Et l’on relit une deuxième fois pour retrouver au cœur de chaque chapitre les personnages « fruits » qui ont poussé dans notre tête. Et l’on est surpris du nombre de justifications que l’auteur donne à nos écarts, au fil des pages.

Après plusieurs mois de gestation et de relations avec l’auteur mort, on accouche d’un scénario qui deviendra à son tour un livre mais d’images, lequel sera feuilleté par d’autres.
L’intrigue, qui nous inquiétait tant, s’est imposée à nous. Les personnages « fruits » nous l’ont dictée. Les idées de Curwood se sont incarnées dans notre époque et l’on ressent le bonheur qui est celui de tout cocon.

Curwood a pondu dans ma tête et le livre d’images que vous allez feuilleter est tout autant le sien que le mien. Il n’est pas plus fidèle à l’un qu’à l’autre. Il a nos qualités et nos défauts, comme un enfant celles et ceux de leurs parents. C’est un pont entre 1908 et 1995.
Copyright © 2006 - René Manzor